Née à la fin du IXe siècle au temps du roi Charles le Chauve, dans les environs de Bourges d'une famille pauvre, Solange devînt selon la coutume gardienne du troupeau de moutons parental. Fort belle, elle avait l'habitude de s'approcher de Dieu, alors qu'elle menait paître le troupeau dans la campagne environnante, priant et méditant.L'ivresse des champs emportait son âme vers le ciel et la solitude redoublait ses ardeurs.Elle aimait aussi prier dans le sein de l'église de Saint-Martin de Cros toute proche, se montrait généreuse, malgré sa grande pauvreté, et disponible pour aider les malheureux.

Rainulfe fils du comte de Bourges, lui-même comtes de Poitier et futur duc d'Aquitaine, s'éprit de passion pour elle et lui proposa de devenir sa compagne par maintes séductions: quitter la campagne, habiter un palais, briller à la cour, venir en aide à ses parents pauvres...

Solange répondit à toutes ces propositions par les mots suivants: “Dieu m'a faite pauvre bergère, bergère je veux rester. Je ne désire rien d'autre sur cette terre que l'amour de mon Seigneur Jésus. Je suis heureuse ainsi et pour rien au monde, je ne changerai ma condition”.

Redoublant d'efforts, le comte fit vainement étallage de sa grande noblesse, de sa fortune considérable de sa bravoure et de sa seigneurie prestigieuse.

Devant le refus persistant de la jeune fille vierge, le prince se fit menaçant sans pour autant obtenir le résultat escompté. C'est alors qu'il dégaina son épée et hurla: “Consens ou je frappe”. - Frappez, voici ma tête, mais vous n'aurez jamais mon coeur qui appartient à Jésus”.

Fou de rage, le comte frappa violemment et d'un seul coup décapita la vierge qui mourût en ce jour glorieux du 10 mai 878.